Par Equipe Beavy, le

Vous avez fait construire votre maison de façon écologique ou vous souhaitez l’entretenir de manière éco-responsable ?

Une fois que vous avez fait construire votre maison, il faut ensuite regarder tous les équipements de la maison. Comment trouver le meilleur appareil en termes de qualité et de durabilité ? D’ailleurs, quels aspects faut-il prendre en compte ?

Dans cet article, on va vous expliquer les enjeux derrière le choix de produits en ce qui concerne l’électroménager et comment faire pour trouver les produits les meilleurs et les plus durables.

À découvrir dans cet article:

  • Pourquoi réduire l’empreinte carbone des appareils domestiques ?
  • Quels éléments prendre en compte lorsqu’on cherche un produit ?
  • Comment réduire l’empreinte carbone des appareils domestiques ?

Pourquoi réduire l’empreinte carbone des appareils domestiques ?

Consommons moins et mieux

On parle souvent de la nécessité d’acheter bio ou d’éviter le plastique, mais est-ce qu’on réfléchit assez lorsqu’on choisit un produit qu’on va posséder plus longtemps ?

L’électroménager et les appareils technologiques sont devenus, à notre époque, des produits essentiels dans notre quotidien et facilitent la vie.

En choisissant un produit avec la durabilité, la réparabilité et le caractère plus ou moins énergivore à l’esprit, on s’assure de consommer mieux, et moins. Ce faisant, on limite la quantité de ressources extraites dans le cycle de vie d’un produit et donc on réduit son empreinte carbone.

« 90% de l’énergie consommée par un smartphone est générée lors de sa fabrication1 »

Bien que notre consommation énergétique lors de l’utilisation des appareils technologiques soit loin d’être anodine, la majorité du CO2 émise est liée à la fabrication – et une plus petite partie vient directement des ménages2.

Selon l’ADEME, il faut donc considérer tous les aspects de tout le cycle de vie du produit lorsqu’on parle des émissions de GES3 :

  • L’extraction des matières premières
  • Leurs transformations
  • Les emballages
  • Leurs modes de transport
  • Leurs consommations en cours d’usage
  • Leur fin de vie (la manière dont ils se recyclent ou se dégradent)

« 6 tonnes de CO2 soit 6 allers-retours Paris New York »4 

Ce chiffre montre le CO2 total émis pendant le cycle de fabrication de 2,5 tonnes d’équipements de la maison (qui sont possédés en moyenne par ménage).

On possède en moyenne presque trois fois plus d’appareils domestiques que l’on pense

Chaque ménage possède en moyenne 99 « équipements électroniques, électriques, électroménagers, téléphones, lampes, télévisions, ordinateurs, four, lave-linge, outils », alors que les Français.es croient posséder en moyenne 34, selon un sondage Ipsos.

L’importance de réduire les émissions de CO2 associées à un appareil, en faisant le bon choix de produit, est indubitable. Ensuite, regardons deux étiquettes qui permettent au/à la consommateur.rice de déterminer la réparabilité et la consommation énergétique d’un produit.

L’indice de réparabilité

indice de reparabilite

Depuis le 1er janvier 2021, il est devenu obligatoire pour les distributeur.es et fabricant.es d’afficher un indice de réparabilité sur ces 5 catégories de produits électroniques :

  • lave-linges à hublot
  • smartphones
  • ordinateurs portables
  • téléviseurs
  • tondeuses à gazon électriques

Il s’agit d’une simple note sur 10 qui doit être “apposée directement sur le produit ou son emballage et sur le lieu de vente5”, qui informe les consommateur.rices sur le caractère plus ou moins réparable des produits concernés, selon 5 critères principaux, énumérés en dessous. À terme, l’indice sera étendu à d’autres catégories de produits.

Le bénéfice de cet indice semble évident : il vous permettra de cerner clairement quels produits seront les plus facilement réparables et de mieux choisir les produits en fonction de leur durabilité.

Détail de la notation :

Chaque critère principal est déterminé individuellement.

“1) Documentation :

score déterminé par l’engagement du/de la producteur.rice à rendre disponibles gratuitement, en nombre d’années, des documents techniques auprès des réparateur.rices et des consommateur.rices.

2) Démontabilité et accès, outils, fixations :

score déterminé par la facilité de démontage du produit, le type d’outils nécessaires et les caractéristiques des fixations.

3) Disponibilité des pièces détachées : 

score déterminé par l’engagement du/de la producteur.rice sur la durée de disponibilité des pièces détachées et sur le délai de leur livraison. 

4) Prix des pièces détachées :

score déterminé par le rapport entre le prix de vente des pièces détachées et le prix du produit.

5) Spécifiques :

score déterminé par des sous-critères propres à la catégorie de produits concernée.”

Source : https://www.ecologie.gouv.fr/indice-reparabilite

 

Une nouvelle étiquette énergie

Depuis le 1 mars 2021, une nouvelle étiquette énergie (à une échelle A à G) est en vigueur pour ces 5 catégories de produits :

  • lave-vaisselles
  • lave-linges et lave-linges séchant
  • réfrigérateurs/congélateurs
  • ampoules
  • téléviseurs et écrans

La précédente étiquette, datant de 1995, était devenue obsolète à cause de la performance de meilleure en meilleure des appareils

150 euros d’économies par mois

Les objectifs de la version 2021, qui comprend un QR code qui permet d’accéder à une base de données des produits en ligne, sont :

  • “accroître la transparence pour les consommateurs,
  • accroître les exigences en matière d’écoconception, notamment réparabilité ou recyclabilité des produits
  • stimuler les progrès techniques (la désormais classe A est très exigeante et sera difficile à trouver en 2021)
  • réaliser des économies d’énergie à hauteur de 150 euros par mois par foyer”

Source : https://www.gouvernement.fr/une-nouvelle-etiquette-energie-pour-l-equipement-de-la-maison

Avec une échelle de A à G (des moins au plus énergivores), cette étiquette permet de voir la consommation énergétique du produit que vous considérez, et de le comparer aux autres produits similaires. Un outil indispensable lorsqu’on achète un produit neuf !

Comment réduire l’empreinte carbone des appareils domestiques ?

Voici trois solutions importantes pour réduire les émissions de CO2 de vos équipements de la maison :

1. Faire réparer ses appareils

Le site Longue vie aux objets | ADEME vous permet de trouver un.e professionnel.le pour faire réparer ses appareils domestiques, ce qui vous évite de jeter et de racheter. Vous pouvez trouver un repaircafé près de chez vous en consultant cette liste pour profiter de l’expertise et des connaissances pratiques des autres.

2. Acheter d’occasion ou privilégier l’emprunt

Acheter d’occasion vous permet d’éviter de produire toute émission de CO2 associée à la fabrication de ce produit ! Il est encore mieux d’emprunter à vos voisin.es ou vos proches des objets dont vous avez moins souvent besoin, et vous pouvez même partager des appareils avec votre entourage ! Qu’est-ce qui a besoin d’une machine à raclette tous les soirs ?…

3. Utiliser des sources fiables pour trouver les meilleurs appareils domestiques

S’informer auprès de Nouveaux Consos, qui a développé son propre score carbone et vous permet par exemple de connaître les émissions de CO2 des lave-vaisselle Bosch et d’identifier aussi les produits les plus durables.

Sources :

  1. https://korii.slate.fr/tech/internet-pollution-numerique-environnement-ecologie-gafam-internautes-effet-rebond
  2. Figure 3, page 16 https://www.hautconseilclimat.fr/wp-content/uploads/2020/10/hcc_rapport_empreinte-carbone.pdf
  3. https://lempreintecarbone.fr/comment-calculer-empreinte-carbone-produit/
  4. https://demarchesadministratives.fr/actualites/limpact-de-nos-biens-de-consommation-et-equipements-electromenagers-sur-lenvironnement
  5. https://www.lesnumeriques.com/vie-du-net/indice-de-reparabilite-tout-savoir-sur-la-nouvelle-mesure-ecolo-a148083.html
Partagez
Tweetez
Partagez