Par Maude Tilliez, le

Connaissez-vous la maison passive ? Celle que l’on appelle également maison positive a de nombreux avantages en termes de consommation énergétique et de confort. Ce n’est pas pour rien que ce type de construction écologique est aujourd’hui plébiscitée par les architectes, les constructeurs et les futurs propriétaires. Dans cet article, nous vous proposons de nombreuses informations sur l’habitat passif : définition, normes ou types de matériaux. Concernant les prix de la maison passive, rendez-vous dans un autre article, ici.

Maison passive : définition

C’est quoi une maison passive ? C’est une habitation très performante au niveau énergétique. En effet, elle consomme très peu d’énergie (nous parlerons des critères un peu plus bas) : environ 90% de moins qu’une maison traditionnelle. En hiver, vous n’avez pas besoin de la chauffer souvent car le moindre rayon de soleil réchauffe l’intérieur des pièces. En été, il fait frais et on s’y sent bien.

Les propriétaires qui vivent dans des maisons passives expliquent que le confort y est exceptionnel. Les clés pour construire une maison passive ? L’isolation et l’orientation.

Différence maison passive, BBC et bioclimatique

De nombreuses personnes se demandent si ce type d’habitat est un Bâtiment Basse Consommation (BBC) ou une maison bioclimatique. La réponse est : non. Une maison BBC consomme moins de 50kW/m²/an quand son homologue passif est à moins de 15kW/m²/an. Quant à la construction bioclimatique, elle repose sur d’autres critères, dont l’obligation d’utiliser des matériaux écologiques et l’importance de son adaptation à l’environnement.

Ainsi, une maison passive peut-être bioclimatique si elle est construite en fonction de son environnement et dans des matériaux écologiques.

Une maison BBC peut-être bioclimatique.

Mais une maison BBC n’est pas passive.

Et une maison passive n’est pas toujours bioclimatique, car elle peut être fabriquée en parpaing ou en briques (matériaux dont la fabrication émet de l’énergie grise).

Les types de maisons passives

Est-il possible de construire une maison positive en brique ou en parpaing. Ce type d’habitat est souvent en bois (pour des questions écologiques), mais il n’existe aucune restriction qui pourrait vous empêcher d’obtenir un label. Un résultat satisfaisant au calcul énergétique est la seule contrainte.

Maison passive en bois

maison passive en bois

La maison bois passive est LA construction écologique par excellence. Le bois est un très bon isolant thermique (ce n’est pas pour rien que dans le grand Nord, les habitations sont construites en rondins). Ce type d’habitat est sain et agréable à vivre, mais également très esthétique.

Maison positive de construction traditionnelle

maison passive traditionnelle

Les parpaings et les briques ont une faible résistance thermique. C’est à dire qu’elles ne sont pas en mesure d’isoler efficacement votre maison. Ainsi, si vous souhaitez quand même construire une maison passive dans des matériaux traditionnels, vous devrez “mettre le paquet” sur l’isolation.

Il existe aujourd’hui des briques performantes, que l’on appelle “briques monomurs”. Leur structure alvéolaire permet d’améliorer les performances thermiques globales.

Certaines personnes, cependant, vous expliqueront que la maison passive est obligatoirement construite dans des matériaux écologiques (entendez par là, le bois). Cependant, les coûts sont bien plus importants et, dans certains régions qui ne produisent pas ce matériaux, la livraison longue distance augmente l’émission de pollution grise.

Cahier des charges de la maison passive

Je suis sûre que vous voulez en savoir plus sur les critères d’une maison passive, donc comment faire pour construire un habitat économe. Pour plus d’informations, consultez cet article.

Label maison passive

Le label maison passive existe, et il y en a même plusieurs :

  • Label Passivhaus
  • Certification Bâtiment Passif : Classique, Plus, Premium

En fait, quand on observe leur cahier des charges, on se rend compte qu’ils ont les mêmes exigences, à savoir :

  • consommation de chauffage de moins de 15 kilowattheure par mètre carré et par an ;
  • étanchéité très importante, comprise entre n50 ≤ 0.6 h-1. Cela signifie dont que la maison ne doit pas laisser entrer et sortir l’air extérieur ;
  • consommation en énergie primaire faible, inférieure à 120 kwh par m² et par an.

Cette norme maison passive est difficile à obtenir et vous avez besoin de respecter quelques principes lors de la construction de votre maison. Certains sont évidents et de bons sens, d’autres sont plus contraignants. Voyons ça en détail.

Lieu

Le premier élément à prendre en compte est votre terrain et son exposition. Si vous êtes situé dans une combe plein nord, oubliez l’idée de bâtir de type d’habitat.

Le terrain idéal se situe dans un endroit qui n’est pas soumis aux vents, orienté plein sud et sans vis-à-vis au sud, sud-est et sud-ouest.

Ainsi, vous pourrez bénéficier du soleil et de son rayonnement toute la journée.

Forme de l’habitat passif

Pour votre projet de maison positive, il est essentiel de bien penser la forme de l’habitation. L’idéal est d’orienter les pièces de vie au sud et de créer une maison rectangulaire. Ainsi, vous pourrez disposer de grandes surfaces vitrées avec pour objectif 60% de la face sud.

Quant à la toiture, elle doit être pensée en fonction des vents dominants ; sachant qu’un toit plat est moins performant.

Au niveau de l’intérieur de la maison passive, les pièces ne sont pas cloisonnées. Ainsi, la chaleur qui pénètre par la face sud peut circuler dans l’ensemble du logement.

Orientation

Pour faire les plans d’une maison passive, il est nécessaire d’orienter, nous l’avons vu, les pièces de vie au sud. C’est une question de bon sens, afin de pouvoir bénéficier de l’apport des rayons du soleil pendant l’hiver.
Pour l’été, afin de limiter la chaleur, il convient de créer des avancées de toit. En effet, durant la saison chaude, le soleil est plus haut et un auvent, une avancée, l’empêchent de pénétrer dans les pièces.

Côté nord, vous pourrez placer les pièces suivantes : toilettes, salles de bains, buanderie, rangements ou garage.

Isolation de maison passive

L’isolation, dans une maison passive, est un critère essentiel qui va permettre de limiter les pertes de chaleur et les variations thermiques.Ainsi, les températures seront toujours confortables, été comme hiver.

Dans une habitation classique, voici les principaux responsables de déperditions thermiques :

  • toit : 30% ;
  • murs : 20% ;
  • ventilation : 20% ;
  • fenêtres : 15% ;
  • planchers : 10%
  • ponts thermiques : 5%.

La maison passive cherche à apporter une solution à ces problèmes :

  • isolation de la toiture : généralement, elle est de 40 cm environ, dans un matériau très performant. La résistance thermique d’une maison passive est supérieure à celle d’un projet classique (sachant que les normes sont un r>8 pour la RT2012) ;
  • isolation des murs : l’épaisseur de mur d’une maison passive est de 30 cm. En France, seulement 7% des propriétaires choisissent l’isolation par l’extérieur. C’est une excellente solution, mais elle est plus chère. L’isolation des murs par l’intérieur laisse des ponts thermiques qui seraient responsables de 30% des pertes de chaleur, dans le cas d’une maison très bien isolée.
  • isolation du sol : 20 cm sont requis pour éviter que le sol ne se refroidisse.
  • choix des fenêtres pour la maison passive : du triple vitrage est conseillé.

VMC double flux à récupération de chaleur

Comme pour toute construction neuve, la maison passive doit être équipée d’une VMC (Ventilation Mécanique Contrôlée). Ce dispositif permet de renouveler efficacement l’air intérieur et évite l’humidité.

Quand vous prenez une douche ou que vous préparez le repas, de la chaleur est créée, et avec une VMC simple flux, il n’y a pas de récupération. La VMC d’une maison passive est obligatoirement à double flux. C’est à dire qu’elle récupère jusqu’à 75% de la chaleur et la réinjecte dans l’air intérieur.

L’hiver, elle constitue une bonne part du chauffage.

 

Vous l’aurez compris, la maison positive est agréable, saine et se revend très bien. Vous souhaitez faire appel à un architecte de notre réseau pour évaluer les coûts ? C’est par là.

Maude
À propos de l'auteur

Maude Tilliez

Accro à la construction, je recherche pour vous les infos, les actus et me renseigne sur la législation du monde de l’architecture.
Partagez
Tweetez
Partagez